Lincoln MKC: Mi-figue mi-raisin

Aller en bas

Lincoln MKC: Mi-figue mi-raisin

Message  Mau-Laval le Lun 08 Oct 2018, 12:41



Le MKC est le premier utilitaire de taille compacte de la marque Lincoln. Dans un créneau qui est largement dominé par les marques européennes et asiatiques, ce véhicule constituerait-il d’abord une alternative luxueuse au Ford Escape ?

Les Québécois sont friands d’utilitaires en tous genres, comme la majorité des automobilistes nord-américains d’ailleurs. Cependant, alors qu’aux États-Unis et dans le reste du Canada, ce sont les modèles intermédiaires (ordinaires et de luxe) qui ont la faveur des acheteurs, dans la Belle Province les modèles compacts sont les favoris.

La marque Lincoln illustre bien ce phénomène. Ses deux modèles les plus vendus au pays sont des utilitaires. Le MKX de taille intermédiaire occupe le premier rang du palmarès des ventes devant le MKC, plus petit. Mais au Québec, c’est le contraire. D’ailleurs, le quart des MKC vendus au Canada trouvent preneurs ici. C’est tout dire.

Au moment de son lancement, en mai 2014, le MKC devenait le premier VUS de taille compacte de Lincoln. MKC... C pour compact ? Ce serait logique, mais cette appellation pourrait aussi être liée au nom de sa plateforme : C1. En fait, Ford n’a jamais précisé le sens donné à ce nom peu inspirant (voir l’encadré).

En lançant ce modèle, le constructeur de Dearborn souhaitait avant tout s’emparer d’une part du créneau grandissant des petits utilitaires de luxe. Ce créneau compte aujourd’hui une vingtaine de modèles rivaux et les trois marques allemandes, Audi, BMW et Mercedes-Benz, l’alimentent généreusement avec les Q3 et Q5, les X1, X2 et X3, et les GLA et GLC respectivement. À cela s’ajoutent l’Acura RDX et le Lexus NX, deux modèles nippons qui talonnent désormais les modèles allemands les plus populaires.

Proche parent de l’Escape

Et le petit Lincoln dans tout cela ? Il se retrouve en milieu de peloton, reflet de la popularité mitigée des produits de sa marque. Il faut admettre que le MKC ne bouscule aucune convention et ne révolutionne rien. Il ne profite pas non plus d’une aura aussi forte que celle que projettent l’écusson bleu et blanc de BMW ou les quatre anneaux entrelacés d’Audi. C’est un produit Ford et sa filiation avec l’Escape transparaît dans sa conception.

En effet, le MKC partage la plateforme C1 du Ford Escape, un des trois VUS compacts de grande diffusion les plus vendus au pays, avec le Honda CR-V et le Toyota RAV4.


Il partage donc aussi un de ses moteurs. Ce 4-cylindres à turbocompresseur de 2,0 L, appelé EcoBoost pour l’Escape, a les mêmes cotes, soit 245 ch et 275 lb-pi de couple livrées à un régime de 3000 tr/min. C’est le moteur de série des deux variantes de ce petit VUS de luxe : les MKC Select et Ultra.

Pour la version Ultra, la plus cossue, Lincoln offre cependant une alternative : un moteur de plus forte cylindrée et plus puissant. Ce 4-cylindres suralimenté de 2,3 L est un des deux moteurs EcoBoost proposés pour le Ford Explorer. Offert pour un supplément de 2150 $, il procure au MKC 285 ch et 305 lb-pi de couple à partir de 2750 tr/min. Ces cotes donnent une touche d’opulence au petit VUS de Lincoln. Elles distinguent aussi sa version Ultra de l’Escape Titanium, un utilitaire plus abordable qui s’avère tout de même très étoffé.

Ces deux moteurs sont jumelés de série à une transmission intégrale et à une boîte de vitesses automatique à six rapports. Cette dernière dispose d’un mode manuel commandé par des palettes fixées au volant, un bienfait puisqu’avec seulement six rapports, cette boîte automatique rend possible l’utilisation du frein-moteur pour ralentir le véhicule, lorsque cela convient. Il serait toutefois souhaitable que ce mode manuel soit assorti d’une programmation rendant la rétrogradation plus instantanée.

Quel moteur choisir ?

Malgré les chevaux et le couple additionnels, la différence nous apparaît mince. Sur le plan de la performance, le moteur de 2,3 L ne retranche qu’une maigre seconde sur le temps d’accélération de 0 à 100 km/h, qui passe de huit à sept secondes. Personne ne s’en rendra compte. De plus, pour ce qui est de la consommation de carburant, ces deux moteurs sont aussi gourmands l’un que l’autre. Le Guide de consommation de Ressources naturelles Canada attribue une moyenne de 11,0 L/100 km au moteur de 2,0 L et de 11,5 L/100 km à celui de 2,3 L. Nous avons d’ailleurs validé la cote du moteur plus puissant lors d’un essai réalisé avec un MKC Ultra, qui nous a donné une moyenne de 10,6 L/100 km. L’ennui est que plusieurs modèles rivaux affichent désormais des cotes moyennes inférieures à 10 L/100 km.

En outre, les deux groupes motopropulseurs du MKC ont la même capacité de remorquage de 1 361 kg (3 000 lb). C’est 227 kg (500 lb) de moins que la capacité recommandée pour l’Escape. Et pourtant, ces deux utilitaires partagent la même plateforme. En somme, à prix moindre, le moteur de 2,0 L du MKC nous apparaît plus désirable.

Pour les fidèles de Ford

Faute de pouvoir se distinguer des modèles dominant son créneau, le MKC plaira aux fidèles de la marque – Lincoln ou Ford. Et puis, sa silhouette plaît visiblement, si l’on se fie aux nombreux signes d’approbation des badauds croisés durant notre essai. Le modèle 2019 a d’ailleurs subi quelques retouches esthétiques. Concentrées dans sa partie avant (pare-chocs et calandre redessinés, et nouveau capot), le MKC s’assimile désormais mieux à l’ensemble des modèles de la gamme Lincoln.











En prenant place à bord, l’habitué des produits Ford et Lincoln ne sera pas dépaysé. L’aménagement du tableau de bord rappelle l’Escape, bien que le design, sobre et élégant, soit distinct. D’ailleurs, l’espace utile de l’habitacle dans ces deux VUS compacts de Ford est le même à quelques millimètres près. Curieusement, par contre, le coffre du MKC est environ 25 % moins volumineux. En revanche, la dotation est satisfaisante et permet à cet utilitaire d’être comparé favorablement à la concurrence.

Selon la version, cette dotation peut inclure des garnitures de bois, un toit en verre panoramique et des sièges avant chauffants et ventilés. De plus, la fonction d’accès Wi-Fi et le système Sync 3 compatible avec CarPlay d’Apple et Android Auto sont de série.

Le constructeur propose également une variété de dispositifs d’aide à la conduite, dont une assistance précollision avec détection de piéton, un système d’aide au stationnement et un détecteur d’obstacle dans les angles morts. On souhaiterait cependant que le constructeur atténue l’effet de couple intense ressenti lors d’une accélération soutenue. Ce désagrément contraste beaucoup avec la douceur de la suspension, qui masque efficacement les défauts du revêtement, comme il convient pour un produit Lincoln.

BYE, BYE « MK »



Lincoln Aviator 2019
Préparez-vous à découvrir plusieurs nouveaux noms qui désigneront bientôt les modèles de la marque Lincoln. Les appellations à trois lettres débutant par « MK » et adoptées par Ford en 2007 disparaîtront progressivement pour être remplacées par des noms plus évocateurs.

La grande berline de luxe Continental a lancé le bal, en 2017, au moment où elle a remplacé la MKS. L’utilitaire de taille moyenne MKX fera de même en 2019, alors qu’il sera remplacé par un successeur plus moderne baptisé Nautilus.

En mars, Ford a également annoncé le lancement d’une autre nouveauté. Baptisé Aviator, cet utilitaire qui remplacera le MKT est en fait une version « Lincolnisée » du Ford Explorer.

Par ailleurs, des sources proches du constructeur affirment que le MKC cédera sa place à un nouvel utilitaire compact appelé Corsair, en 2019 ou 2020. Certaines rumeurs veulent même que ce nom soit bientôt substitué à MKC, avant même que ce modèle ne soit remplacé.

Quant à la MKZ, une berline de luxe de taille moyenne qui partage la plateforme de la Ford Fusion, son avenir reste naturellement incertain, Ford devant bientôt cesser la production de la Fusion.

Enfin, le Navigator, jumeau du Ford Expedition, conservera ce nom qui jouit d’une aura indéniablement forte.



LINCOLN MKC
Prix de base

43 950 $ (Sélect)
48 700 $ (Ultra)
Transport et préparation

2000 $

Groupe motopropulseur

(1) L4 turbo DACT 2,0 L ; 245 ch à 5500 tr/min, 275 lb-pi à 3000 tr/min ; (2) L4 turbo DACT 2,3 L ; 285 ch à 5500 tr/min, 305 lb-pi à 2750 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Transmission intégrale.

Particularités

Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série.

Pneus : P235/50R18.

Cotes

Empattement : 2 690 mm ; longueur : 4 552 mm ; largeur : 1 864 mm ; hauteur : 1 657 mm. Poids : 1796-1800 kg. Volume du coffre : 712-1505 L. Capacité de remorquage : 1360 kg (3000 lb). Volume du réservoir : 59 L. Consommation moyenne (essai, 2,3 L) : 10,6 L/100 km.

Concurrence

Acura RDX, Audi Q3, Audi Q5, Alfa Romeo Stelvio, BMW X1, BMW X2, BMW X3, BMW X4, Buick Envision, Cadillac XT4, Infiniti QX30, Infiniti QX50, Jaguar E-Pace, Land Rover Discovery Sport, Land Rover Range Rover Evoque, Lexus NX, Lexus UX, Mercedes-Benz GLA, Mercedes-Benz GLC, Porsche Macan, Volovo XC40, Volvo XC60

Points forts

Sièges baquets très moulants
Dotation complète
Format pratique en ville

Points faibles

Effet de couple important
Visibilité arrière réduite



-------
Source : JournaldeMontreal.com, par Jacques Bienvenue
-------

Mau-Laval
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : Laval
Masculin Nombre de messages : 2762
Date d'inscription : 28/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lincoln MKC: Mi-figue mi-raisin

Message  PIERRE 01 le Lun 08 Oct 2018, 15:40

Wink superbe véhicule , dommage que nous n'ayons pas de Lincoln chez nous , il faut les importer a titre personnel .

_______________________________________________
La passion des anciennes !!
avatar
PIERRE 01
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : france
Masculin Nombre de messages : 4005
Date d'inscription : 30/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum