Lexus ES 350: un modèle qui se distingue

Aller en bas

Lexus ES 350: un modèle qui se distingue

Message  Mau-Laval le Lun 11 Fév 2019, 15:15


Pour 2019, la Lexus ES se présente sous des traits nouveaux. Plus élégante, elle met de l’avant des motorisations plus écoénergétiques et plus performantes, un intérieur qui fait sourciller et même une première version F Sport.

Le créneau des berlines de luxe de taille intermédiaire compte une nouvelle venue : la Lexus ES 2019. Lancée l’automne dernier, la septième génération de ce modèle se distingue par une silhouette élégante, des motorisations plus puissantes et moins gourmandes, et même une première version F Sport.

Au Canada, cette berline a longtemps été, pour une tranche importante d’acheteurs, le modèle donnant accès à la gamme Lexus et, du même coup, une porte d’entrée au royaume des automobiles de luxe. Les chiffres de ventes de la marque nous apprennent toutefois que, depuis 2014, ce double rôle revient maintenant à la Lexus IS, peut-être parce qu’elle offrait jusqu’ici une conception plus inspirée ?


Il faut admettre que la Lexus ES a longtemps pâti de n’être qu’une version glorifiée de la Toyota Camry. À une époque pas si lointaine, cette façon de faire paraissait normale, d’abord parce que ces deux berlines partagent de longue date plateformes et groupes motopropulseurs (thermiques et hybrides), mais aussi simplement parce que les acheteurs s’en contentaient.

Mais les temps changent. Les acheteurs sont devenus plus exigeants et recherchent des produits qui se différencient, même si leur carrosserie cache une architecture partagée. Or, la nouvelle Lexus ES 350 dont nous avons fait l’essai va en ce sens.

CONCEPTION ORIGINALE

Construite sur la nouvelle plateforme GA-K, qu’elle partage avec les Toyota Camry, Avalon et RAV4, cette ES est plus longue (+65 mm), plus basse (-5 mm) et plus large (+45 mm) que sa devancière. De plus, son châssis a un empattement allongé (+50 mm), des porte-à-faux plus courts et des voies avant et arrière élargies.

Ces nouvelles dimensions ne changent rien à l’habitabilité de cette berline, qui demeure très accueillante devant comme derrière ; un habitacle auquel on accède très facilement, d’ailleurs, grâce à des portières qui découvrent une ouverture ample. En outre, son coffre est devenu un peu plus spacieux, le volume utile se chiffrant maintenant à 473 L, soit 43 de plus. Dommage qu’il ne soit toujours pas transformable...

Avec sa calandre trapézoïdale constituée de longues barrettes verticales, qui irradient du centre vers les extrémités, on reconnaît invariablement cette voiture, et de loin, ou du moins sa filiation, cet attribut de design étant commun à l’ensemble des modèles de la marque.


L’aménagement intérieur contribue largement à faire sourciller les acheteurs, d’abord par la qualité des matériaux utilisés et la finition soignée. Le design particulièrement moderne du tableau de bord joue aussi un rôle important. Selon ses concepteurs, en le dotant d’un écran d’affichage central très large (12,3 po) et en regroupant l’essentiel des commutateurs à proximité, on maintient l’attention du conducteur sur la route. En ajoutant l’affichage tête haute, on accentue naturellement cet aspect sécuritaire de la conduite. Dommage que ce système soit réservé aux versions les plus chères (F Sport 2, Ultra-Luxe et Platinum). Si ces attributs dirigent l’attention du conducteur sur ce qui se passe devant, il en va autrement du petit pavé tactile servant à contrôler les fonctions qui s’affichent sur l’écran central. Il exige beaucoup trop de dextérité, constat qui devient plus évident encore lorsqu’on roule sur une route cahoteuse.

Bénéficiant d’une excellente insonorisation et d’une suspension souple, l’ES 350 est très agréable à conduire. Son V6 de 302 ch lui procure d’ailleurs les performances attendues d’une berline de luxe du genre (0-100 km/h réalisé en 7,5 s environ). Bref, cette Lexus est une routière idéale pour effectuer de longs périples !

PLUS DE VARIÉTÉ

Lexus mise sur deux variantes additionnelles, chacune très différente, pour attirer la clientèle. Il y a d’abord l’ES 300h — « h » pour hybride. Cette quatrième génération d’ES hybride partage le groupe motopropulseur de la Camry hybride, qui jumelle un 4-cylindres de 2,5 L à cycle Atkinson à un moteur électrique alimenté par une batterie au nickel-hydrure métallique (NiMH).

Cet ensemble livre une puissance nette de 215 ch, soit 15 de plus que l’hybride antérieure. Il se révèle nettement plus écoénergétique que le V6 d’une ES 350, puisqu’il permet au conducteur de consommer pratiquement deux fois moins de carburant. Voilà ce que suggère la cote de consommation moyenne de 5,3 L/100 km annoncée par le constructeur (l’ES hybride de sixième génération réalisait 5,9 L). Cette cote s’avère, certes, très alléchante lorsqu’on la compare à la moyenne de 9,7 L obtenue avec notre ES 350 ; une moyenne tout de même proche de la cote officielle de la version thermique : 9,1 L.

Dans un tout autre registre, le constructeur propose pour la première fois une variante axée sur la conduite sportive. Baptisée ES 350 F Sport, elle mise sur une apparence et une dotation distinctes afin de stimuler l’intérêt d’automobilistes plus jeunes que l’acheteur typique de cette berline. Fait à noter, il aura fallu attendre 10 ans pour qu’une F Sport s’ajoute à cette gamme de berlines, cette famille de modèles ayant fait ses débuts avec la Lexus IS, en 2008.


On reconnaîtra cette ES vitaminée à sa calandre distincte (à motif quadrillé noir composé de « L » entrecroisés) et à ses trois couleurs exclusives (dont le Bleu mica ultrasonique lumineux). Un petit aileron coiffe le couvercle du coffre et des pneus taille basse chaussent de belles roues de 19 po. Ces roues en alliage lui sont d’ailleurs réservées, puisque la version d’entrée de gamme Premium se contente de roues de 17 po (moins coûteuses à chausser de pneus d’hiver), alors que les versions haut de gamme ont de roues de 18 po.

La F Sport bénéficie d’une suspension adaptative semblable à celle du coupé Lexus LC. Conçue pour permettre une variation continue de l’amplitude de l’amortissement, elle améliore le comportement routier quelle que soit la nature du revêtement.


La F Sport est également la seule ES dont le système de gestion de la motorisation offre un mode « Sport+ ». Ce mode modifie de manière pointue les réglages du V6, de la boîte de vitesses (qui a maintenant 8 rapports plutôt que 6) et de la suspension pour optimiser les performances. Il active également un dispositif modifiant la sonorité du moteur, qui donne un ronronnement grave si évocateur.

La gamme plus étoffée de cette septième génération de Lexus ES ne stoppera pas le déclin de la demande pour les berlines de ce genre au Canada. L’engouement pour les VUS est trop profondément enraciné. En revanche, elle contribue à donner une image distincte à ce modèle trop longtemps considéré comme un vulgaire clone, ce que clairement l’ES n’est plus.

DES CAMÉRAS EN GUISE DE RÉTROVISEURS

Toyota a profité du lancement de sa nouvelle berline Lexus ES au Japon pour remplacer un accessoire qui semblait immuable. Pour les automobilistes japonais (et eux seulement), cette voiture est désormais équipée de caméras latérales qui remplacent les rétroviseurs traditionnels. Il s’agit d’une première dans l’industrie pour un modèle de série.

Fixées à un bras sur chaque portière avant, ces caméras transmettent les images qu’elles captent sur des écrans numériques de 5 po posés au-dessus du tableau de bord, devant les piliers du toit. Naturellement, ces écrans sont orientés vers le conducteur.


En remplaçant les rétroviseurs classiques, plus volumineux et souvent sources de bruits éoliens parasites, le constructeur affirme que ces petites caméras procurent un champ de vision élargi, tout en contribuant à accroître la quiétude dans l’habitacle.

Le constructeur prétend également que les lentilles des objectifs de ces caméras sont résistantes aux saletés causées par les gouttes d’eau. De plus, les images retransmises sur les écrans seraient apparemment toujours nettes, quelles que soient les conditions atmosphériques. Voilà une affirmation que nous aimerions bien vérifier... durant une tempête de neige !

FICHE TECHNIQUE

Prix de base : (ES 350) — 48 800 $  (Premium, de base) ; 50 400 $ (F Sport 1) ; 54 800 $ (F Sport 2) ; 55 600 $ (Luxe) ; 59 500 $ (Ultra-Luxe) ; 54 990 $ (Platinum Elite).

Transport et préparation : 2075 $

Groupe motopropulseur : V6 DACT 3,5 L ; 302 ch à 6600 tr/min, 267 lb-pi à 4700 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 8 rapports. Roues avant motrices.

Particularités : Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : P215/55R17 (de base) ; P235/45R18 (Luxe et Ultra-Luxe) ; P235/40R19 (F Sport).

Cotes : Empattement : 2870 mm ; longueur : 4975 mm ; largeur : 1865 mm ; hauteur : 1445 mm. Poids : 1655-1680 kg. Volume du coffre : 473 L. Remorquage non recommandé par le constructeur. Volume du réservoir : 60 L. Consommation moyenne (essai) : 9,7 L/100 km.

Concurrence : Buick LaCrosse, Buick Regal, Chevrolet Impala, Dodge Charger, Chrysler 300, Ford Taurus, Genesis G80, Kia Cadenza,
Nissan Maxima, Subaru Legacy 3.6R, Toyota Avalon, Volkswagen Passat, Volkswagen Arteon

Points forts

Excellente insonorisation
Châssis très rigide
Conduite douce et prévisible
Moteur puissant

Points faibles

Pavé tactile source de distraction
Visibilité arrière réduite
Coffre non transformable
Peu d’espace autour du moteur

Cotes de l’auteur

Cote d’ensemble : 8/10
Consommation : 7/10
Équipement : 8/10
Prix : 8/10
Apparence : 8/10
Confort à l’avant : 7/10
Confort à l’arrière : 8/10
Comportement : 7/10
Performance : 7/10
Rangement : 7/10




-----
Source : JournaldeMontreal.com, par Jacques Bienvenue
-----

Mau-Laval
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : Laval
Masculin Nombre de messages : 2949
Date d'inscription : 28/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lexus ES 350: un modèle qui se distingue

Message  PIERRE 01 le Lun 11 Fév 2019, 15:40

Wink ce modèle n'est pas commercialisé en France pour le moment !

_______________________________________________
La passion des anciennes !!
PIERRE 01
PIERRE 01
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : france
Masculin Nombre de messages : 4171
Date d'inscription : 30/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lexus ES 350: un modèle qui se distingue

Message  Mau-Laval le Lun 11 Fév 2019, 17:20


C'est un peu comme une grosse Camry en plus luxueux.

Elles sont assez rares chez nous, il faut dire que l'entretien d'une Lexus est assez onéreux.


Mau-Laval
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : Laval
Masculin Nombre de messages : 2949
Date d'inscription : 28/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lexus ES 350: un modèle qui se distingue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum